SHOWROOM

Venez visiter la  Boutique/Atelier à 31350 Péguilhan 

Prenez rdv tél.: 0642314976

= BOUTIQUE =

NOUVEAU RDV 

Les vendredi de 10h à 18h30 à 31800 Saint Gaudens 

13, rue de la République

Tél. : 0642314976

INSCRIPTIONs

RÉSERVATIONs 2022

 

Animation-Explication

et Démonstration

-.-.-.-

marchés,foires,

expositions, fêtes locales. ect.

-.-.-.-

Intervention dans les établissements scolaire,

maisons de retraite, ect.

PARTENAIRES

---------------------

Alpaga - Lama des Pyrénées

 

Merci à Dorothéa et Philipp du Gers  à Montferran-Plavès pour le chaleureux accueil 

 

Magnifique petit élevage d'Alpagas 

 

LA FIBRE ET LA TONTE

 

La toison d’alpaga est une fibre de spécialité, très recherchée comme une toison de luxe.

Autrefois réservé à la royauté inca, la laine d’alpaga est de nos jours appréciée par les fileurs et les tisserands du monde entier.

 

La toison pèse en moyenne 3-5 kg, et il existe de très nombreuses couleurs naturelles de celle-ci, qui vont du blanc au noir en passant par le fauve et le marron.

Il faudrait tondre les huacayas une fois par an, en mai, en juin ou en juillet, une fois qu’il commence à faire plus chaud. Cependant, chez les suris, la tonte peut avoir lieu tous les deux ans. Les femelles devraient être tondues entre la mise bas et l’accouplement, ou bien entre 6 semaines et 45 semaines de gestation.

 

Il serait avantageux d’avoir la toison aussi sèche que possible avant la tonte- peut-être faudrait-il garder les alpagas à l’intérieur la nuit précédant le jour de la tonte pour en être sûr.

 

LA GÉNÉTIQUE DE QUOI S’AGIT-IL ?

 

Le but des éleveurs ici en France et en Europe est d’améliorer la qualité, et d’augmenter le nombre, du troupeau national. Ils espèrent ainsi faire de la fibre d’alpaga une option viable pour remplacer la laine de mouton traditionnelle, en relançant ainsi une industrie propre à cette fibre.

 

Depuis que l’homme domestique l’animal, il influence et améliore certains traits à son avantage, par le biais de l’élevage à base de sélection- que ce soit pour augmenter la production de lait chez les vaches, pour obtenir une laine de mouton de meilleure qualité, ou pour avoir un poulain qui courra plus vite que la jument. L’alpaga, ayant toujours été un animal domestiqué, ne fait pas exception.

 

La laine d’alpaga est l’une des fibres les plus fines qui soient, se reconnaissant à sa douceur et à sa légèreté. Elle tient également très chaud, ce qui, en plus de ses vertus lustrées, en fait un vêtement de luxe idéal pour les soirées hivernales.

 

En vue de tout cela, l’éleveur d’alpagas cherche, dans son programme d’élevage, à produire une fibre de haute qualité, qui montre un bon crimp et une bonne densité chez un huacaya, et de belles mèches avec un bon reflet chez un suri.

 

Néanmoins, toute fibre d’alpaga peut s’utiliser, et la plupart de la fibre peut se filer. C’est la qualité de celle-ci qui déterminera son utilisation et, finalement, la qualité du produit qui en résulte.

Les ALPAGAS appartiennent à la famille des camélidés, au même titre que les LAMAS et les CHAMEAUX.

 

Originaires de l’Amérique du Sud, l’homme domestique l’alpaga depuis plus de 5 000 ans, et les alpagas forment actuellement la base d’une industrie prospère dans de nombreux pays, notamment en Australie, au Royaume-Uni, en Irlande, aux Etats-Unis, au Canada, et dans de grandes régions de l’Europe continentale.

 

La conquête espagnole de l’Amérique du Sud a eu pour résultat l’abattage massif de ces animaux, et les rares survivants ont dû se retirer sur les hauts plateaux de la cordillère des Andes, où ils ont enduré des extrêmes climatiques. Vivant de jour sous le soleil brûlant et de nuit dans le froid extrême, les alpagas ont survécu malgré la faible valeur nutritive du peu de végétation qui les entourait pour devenir les animaux remarquables d’aujourd’hui.

 

Il existe deux types d’alpaga : les huacaya et les suri.

 

Les huacayas produisent une fibre dense, douce, frisée, semblable à celle des moutons.

Les suris possèdent une fibre plus longue et soyeuse, et sont plus rares, car leur toison donne moins de protection contre le froid du climat dans les montagnes de l’Amérique du Sud.

L’espérance de vie d’un alpaga est de 15 à 20 ans, le poids moyen d’un adulte se situant entre 50 et 80 kg. La hauteur au garrot d’un alpaga est d’un mètre en moyenne.

 

L’ACCOUPLEMENT ET LA GESTATION

La durée de gestation moyenne d’un alpaga est de 335 jours, mais varie généralement entre 330 et 360 jours. Cependant, sachez que dans certains cas, il peut arriver que la gestation dure plus de douze mois !

 

Les petits de l’alpaga s’appellent des cria et, à la mise bas, pèsent généralement environ 6-7 kg. Ils naissent en général entre 9h et midi, ce qui donne au cria le temps de s’acclimater à son environnement avant la tombée de la nuit.

 

SOINS DES ALPAGAS

Les alpagas sont des animaux de troupeau, et deviennent irrités lorsqu’ils ne peuvent pas voir d’autres alpagas. C’est pour cette raison qu’un alpaga ne devrait jamais être élevé seul ; un premier troupeau devrait donc être composé d’au moins deux alpagas, de préférence trois. On séparerait normalement les mâles et les femelles.

 

Quant au terrain nécessaire à l’élevage des alpagas, il est possible d’élever 6-7 animaux par demi-hectare.

Puisque les alpagas ne s’attaquent pas aux clôtures, une clôture d’environ quatre pieds (1,20m) avec un filet, comme celle utilisée pour les moutons, suffit.

Lorsque c’est possible, un système de rotation de pâturage devrait être mis en place : coupez votre terrain en morceaux, divisant votre troupeau en de petits groupes, et faites déplacer chaque groupe à un morceau différent de temps à autre. Un petit corral est utile pour effectuer tout examen de routine. La prise régulière des repas dans le corral facilitera la prise des animaux lorsque vous en aurez besoin.

 

Les alpagas sont des animaux robustes et peuvent vivre toute l’année à l’extérieur, mais doivent avoir accès à un abri, que ce soit des arbres, des haies, ou des abris sur le pré construits à cet effet. Ils devraient être traités avec calme et douceur, et peuvent être initiés au licou, ce qui se fait normalement à partir de six mois. Assurez-vous qu’il y a toujours suffisamment de pâturage, et mettez du foin à leur disposition, surtout pendant les mois d’hiver. Ils devraient toujours avoir accès à de l’eau potable fraîche et propre. Les femelles pleines et en lactation, tout comme les autres animaux pendant l’hiver, nécessitent une nourriture supplémentaire (à base de concentrés), ce qui leur assure un apport indispensable en oligo-éléments, en minéraux et en vitamines, très importants pour la croissance et le développement des os. Il convient de noter que les alpagas n’utilisent pas les blocs de sels minéraux, et donc les sources les plus efficaces pour les vitamines essentielles (notamment les vitamines A, D et E) sont une nourriture supplémentaire spécifique, ou l’injection.

 

Les ongles d’orteil doivent être taillés trois ou quatre fois par an. Les dents devraient faire l’objet d’un contrôle deux fois par an, et en cas d’anormalités, il conviendrait de demander conseil auprès d’un expert pour les rectifier. Les crocs des mâles, qui se développent à partir de 18 mois, devraient être retirés par un professionnel. Les alpagas devraient être vaccinés deux fois par an contre les infections à clostridies, et il faudrait administrer assez régulièrement un vermifuge au troupeau entier.

 

Les alpagas ont tendance à laisser leurs crottes dans seulement quelques endroits du champ, ce qui en facilite le nettoyage. Cependant, c’est une tâche qu’il faut effectuer, dans l’idéal, tous les jours, car ramasser régulièrement les crottes des alpagas minimise les risques d’infection et de parasites.

 

SOURCE:

http://brittanyalpacas.com/Alpaga_Information.html